Yannick Bedin

Conseiller municipal de Bourges et Bourges Plus Secrétaire de la section de Bourges du PCF

Accueil > Local > Le budget à l’ordre du jour du Conseil municipal

Le budget à l’ordre du jour du Conseil municipal

Publié le , 1 commentaire(s).

Le dernier conseil municipal de l’année s’est tenu hier soir. Je suis intervenu sur le budget (voir mon intervention ci-dessous) et contre la vente de l’école de la Thaumassière.

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je souhaiterais m’en tenir à quelques remarques quant au budget que vous nous présentez.

C’est un budget de crise et de rigueur dans la droite ligne des préconisations faite par le gouvernement que vous soutenez. Un budget contraint par le plan de rigueur défendu par le chef de l’État et sa majorité mais aussi par une politique de projets hasardeux comme Avaricum.

Comme le rappelait le journal l’Express à l’occasion du dernier congrès de l’Association des maires de France en novembre, « L’État a gelé l’an dernier et jusqu’en 2014 les dotations aux collectivités. Et 200 millions d’économie leurs sont demandés pour 2012, dans le cadre du premier plan de rigueur ». Et ce n’est pas le projet de l’UMP, avec ses dix milliards en moins annoncés pour les collectivités, qui nous rassure pour l’avenir.

Il est vrai qu’on ne peut pas d’un côté être aux ordres des marchés financiers et des mercenaires des agences de notation, et mener de l’autre une politique conforme aux intérêts du plus grand nombre. On ne peut pas d’un côté gonfler le portefeuille de Mamie Liliane (qui n’est imposée qu’à 4% du fait de la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune c’est à dire au même taux qu’un salarié qui ne touche que 1300€ !) et pourvoir aux dépenses utiles : celles des collectivités et des service publics.

Il n’y aurait pourtant pas grand chose à faire pour redonner de l’air à nos collectivités. Une vraie réforme fiscale qui mette à contribution les plus hauts revenus et ceux du capital à hauteur de ceux du travail bien sûr, mais aussi comme le propose l’Association nationale des élus communistes et républicains, la taxation à 0,5% des actifs financiers des grandes entreprises qui rapporteraient immédiatement 24 milliards d’€ aux collectivités soit 400€ par habitant !

Au lieu de cela, les Berruyers comme la grande majorité des Français, vont payer une crise qui n’est pas la leur, au prix d’une rigueur qui comprime le pouvoir d’achat et étouffe les entreprises (je rappelle que l’investissement public en France est assuré à près de 70% par les collectivités). Ils vont la payer par les mesures iniques sur la TVA, les mutuelles, les retraites et les salaires décidées par votre majorité, mais aussi parce que le service public se réduit dans leur vie de tous les jours au sein de notre ville.

La diminution de plus de 1,1 millions d’Euros des dotations de l’État pour notre ville vous conduit à opérer des coupes dans les dépenses qui font le service public et rendent la vie des habitants plus facile.

Vous diminuez de plus de 6% le total cumulé des achats de disques, dvd, et livres dans le réseau des bibliothèques, les fournitures scolaires vont baisser de 14%. D’autres y reviendront mais vous mettez à contribution des associations en facturant des services autrefois offerts.

Votre budget va rendre le travail des agents de la ville plus difficile avec la baisse des dépenses de fournitures administratives ou celle de l’entretien des locaux. Si les Berruyers voient bien les effets de la rigueur sur leur niveau de vie, ils constatent aussi que la qualité du service rendu par notre collectivité régresse et ce malgré le travail remarquable et le dévouement des agents de la ville.

Pour toutes ces raisons, nous ne voterons pas votre budget. Je vous remercie.

Répondre à cet article